Looking for Janis

Lorsque Janis Joplin est décédée le 4 octobre 1970, j’avais 14 ans…

Dans mes années 70, j’ai écouté, j’ai chanté, j’ai dansé sur et avec Les Rolling Stones, Eric Clapton, Lou Reed, Patty Smith, Canned Heat et beaucoup d’autres.

Mais bizarrement, j’ai raté Janis Joplin. Je connaissais l’artiste,  particulièrement  son interprétation de Summertime. Malgré tout, à cette époque, je l’ai carrément zappé…

La janisjoplinite

En 2017, j’ai vu le document Janis de Amy Berg et là j’ai été bouleversé et je l’ai exprimé dans un article sur notre blog.

J’ai été marqué à tel point que je me suis mis à rechercher tout ce qui se rapportait à Janis Joplin : CD, vidéos sur internet, bouquins, interview etc.

Je suis devenu un inconditionnel, un fan, un admirateur de Janis Joplin.

De cette nouvelle passion, mon entourage va plus loin en évoquant avec bienveillance une obsession, une maladie, la Janisjoplinite aiguë phase terminale…

Depuis, j’écoute au moins une fois par jour une chanson de Janis. En ce moment j’écoute en boucle le CD joplin in concert où figure notamment la chanson Try, un must, un régal.

Il me semble que lorsque l’on devient fan d’une telle personnalité, c’est très fort, très intense, tu écoutes sa voix exceptionnelle de puissance, de désespoir par moment, parfois pleine de douceur (Little girl blue), d’imprévu aussi (Mercedes Benz). L’éventail et la tessiture de sa voix est infinie. Je n’ai jamais ressenti une telle émotion avec n’importe quelle autre chanteuse, Janis est unique, intemporelle, inégalée.

Tu ressens sa musique et sa voix au plus profond de toi même, sa façon de bouger te fascine, tu adores sa façon de parler, son sens de la répartie et son rire tonitruant est carrément jubilatoire.

Janis ne calcule pas, elle donne tout, jusqu’à l’épuisement, jusqu’à la fin.

Tout cela, tu le prend en plein cœur, en pleine figure, c’est infiniment troublant.

Doux au toucher

© Droits réservés

Pour approfondir mes connaissances sur Janis Joplin, j’ai lu en premier la biographie de Jean Yves Reuzeau : Janis Joplin, un ouvrage très bien documenté et très complet.

Il y a quelques jours, au hasard de mes recherches sur internet, j’ai découvert un bouquin de Lucie Baratte, (fan absolue de Janis Joplin), réalisé en partie grâce à un financement participatif.

Tout cela me plaisait énormément, et ni une ni deux, je commandais le bouquin le jour même.

En attendant de le recevoir, j’étais intimement persuadé que ce livre allait me plaire.

48 heures après, je pouvais retirer de ma boite au lettres l’ouvrage  tant attendu.

Looking For Janis c’est le titre, c’est cool non ?

Rien que le titre ça donne envie.

Tout d’abord  il est doux au toucher, la reliure est vraiment sympa, c’est pas un livre comme les autres.

Dans sa forme et sa construction, Lucie Baratte a effectué un travail énorme. Tout est ciselé, soigné, répertorié, croquifié, anecdotifié…

En 274 pages, documentés de magnifiques photos, Lucie Baratte nous propose un voyage sur les traces de l’artiste. En traversant les Etats-Unis à bord de sa chevrolet de location, Lucie décrit son parcours et ses rencontres toujours avec gourmandise, sincérité, curiosité et bienveillance…  Le tout agrémenté d’un humour, disons rock and roll !

(Je ne sais pas ce que c’est un humour rock and roll, mais… j’adore la formule)

J’ai dévoré ce bouquin : chaque chapitre est un bonheur, une péripétie…

Quand Lucie conduit sa chevrolet à travers les Etats-Unis, on l’accompagne à l’arrière de la grosse berline et, on regarde, on écoute.

C’est génial non ?

Délicieusement pittoresque

J’ai lu ce bouquin en deux jours. Je me souviens particulièrement d’une nuit où je n’ai pu arrêter la lecture seulement vers 6 heures du matin.

Lire la nuit (où tous les chats sont gris) est un véritable privilège. Personne pour t’importuner, pas de bruit, peut-être juste le chuintement du thermostat du réfrigérateur qui se remet en marche.

La nuit c’est le seul moment où on peut s’entendre lire.

Dans son voyage, Lucie passe par Las Vegas. Elle fait une description de la ville, (comment dirais-je ?) délicieuse… oui c’est ça… délicieusement pittoresque.

Et puis surtout, il y a la façon dont Lucie parle de Janis…  dont Lucie parle à Janis !

Ce sont là de véritable grands moments d’émotions.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce bouquin qui, au delà de la recherche de Janis Joplin, est aussi et surtout une quête de vérité, de connaissances… et peut être de reconnaissances de Lucie vis à vis d’elle même.

Si vous souhaitez grimper dans la chevrolet de location de Lucie, voici un lien vers le site pour vous procurer www.lookingforjanis.com

Je ne voudrais pas conclure sans citer Sur la route de Janis Joplin de Jeanne Martine Vacher, un autre bouquin que j’ai lu ensuite, un incontournable pour les véritables amoureux de Janis Joplin. (à noter que ce livre est épuisé mais qu’il reste quelques exemplaires d’occasions sur certains sites spécialisés).

Qu’on connaisse son parcours, sa courte vie ou non, qu’on aime sa voix , sa musique ou non….

Janis Joplin ne peut pas laisser planer un début d’une quelconque indifférence et c’est au moins une des raisons pour laquelle je vous invite ( formule de politesse ) je vous préconise ( formule, disons efficace ) je vous sommes ( formule autoritaire ) je vous supplie ( formule extrême )  de vous procurer dès que possible ce merveilleux récit qu’est « Looking For Janis« …

Laisser un commentaire