CINEMA

Le Bilan de Février

Février est le mois le plus court, pourtant le total du mois est supérieur à celui de janvier : 15 films ! Un bilan éclectique avec un peu de Audrey et de Marilyn, pas mal de films avec Fernandel (il y a un cycle très sympa sur OCS, si tu es abonné, je t’invite à découvrir des films qui changent de « Don Camillo » et de « la Cuisine au beurre »), et enfin quelques films plus contemporains.

C’est parti les gars !

Va lire notre article « 1 film, 2 émotions » sur le film « Big Eyes », avec Monsieur nous te présentons nos avis assez divergent ! C’est assez intéressant.

https://www.leblogdustrapontin.com/2017/02/25/vous-nallez-pas-en-croire-vos-yeux/

Je pense qu’avec le film « Certains l’aiment chaud« , « Sept ans de réflexion » fait parti de mes Monroe préférés ! C’est très original, normal car Billy Wilder (le réalisateur de ces 2 films) est tout simplement exceptionnel !

Une petite fantaisie à la sauce Fernandel qui se « mange sans faim »…

Un Luchini sympathique, mais que je l’ai largement préféré dans « Les femmes du 6è étage« .

J’espère que tu me pardonneras, je n’ai pas réussi à la regarder en entier… J’ai du m’arrêter à 1h30 sur 2h00 environ. Marilyn arbore un carré magnifique, mais au delà de ça je n’ai pas accroché… pourtant il fait parti des excellents films de Marilyn Monroe.

Dans le même esprit que « Casimir », « l’Armoire volante » est une cocasserie ! J’ai adoré Fernandel dans cette farce hilarante !

Ah… Nous y voila… « Nymphomaniac ». Lars Von Trier est un réalisateur un peu « à part » , qui n’épargne pas son spectateur ! J’ai commencé « AntiChrist » que je n’ai pas réussi à voir en entier, puis « Melancholia » qui m’a beaucoup perturbé. Ici, dans cette première partie, les « choses se placent »… On grandi avec Joe, le malaise d’installe progressivement… et la fin de cette première partie ne laisse rien présager de bon pour la suite… J’ai très envie de voir la suite, mais avec une certaine appréhension !

Un peu comme « Nymphomaniac », « The smille of us » nous décrit avec une authenticité effrayante, une certaine jeunesse de notre époque… et « on est mal barré les gars ! »…

J’ai toujours été réticente aux suites de film (sauf quand cela a clairement un sens), et archi-contre les suites…des millions d’années après ! Qu’on ne nous prenne pas pour des truffes, c’est évidemment un film « revival » pour faire le max d’entrées au cinéma ! J’avais adoré les 2 premiers Bridget, je ne pouvais pas ne pas regarder le 3ème ! Le film n’est pas désagréable, mais n’égale vraiment pas les 2 premiers opus : Hugh Grant ne fait pas parti du casting et ça aurait du me mettre la puce à l’oreille.
Saviez-vous qu’Helen Fielding avait sorti en 2013 « Bridget Jones, folle de lui« , où l’histoire commence par le décès  de son mari Mark Darcy. Mère de deux enfants, elle se reconstruit, refait sa Bridget de ses 30 ans, et surf sur les sites de rencontres en jouant la cougar !
En 2016, Fielding sort « Bridget Jones baby« … Où Mark Darcy n’est finalement pas mort… (c’est un miracle !). Il y a, tu me l’accorderas, une forme d’incohérence non ?
La raison que j’imagine à ce « retour en arrière », est que les producteurs voulant refaire un Bridget et un peu d’argent, (avec un Colin Firth indispensable au casting – déjà qu’on a perdu Hugh !), ont imaginer une histoire, qui potentiellement aurait pu se passer avant « Bridget Jones : folle de lui« . Je crois que c’est pas très clair mon histoire… Tu me diras !
Le film reste néanmoins sympathique, parce qu’on réutilise (médiocrement) les ingrédients qui ont bien fonctionné il y a près de 20 ans. Tu comprends pourquoi, pour moi, le cinéma d’aujourd’hui n’a plus la même saveur qu’il y a 50 ans ?

Le deuxième opus des Bonifaces dépasse de très loin le premier ! Plus rythmé, plus rigolo…et on y rencontre un Louis de Funès tout neuf !

Pour finir, je te présente sans surprise le film qui a marqué mon mois de Février.

J’espère vraiment qu’au delà du physique de Ryan Gosling et de l’engouement médiatique qui pousse les spectateurs à aller voir ce film, les gens auront envie de (re)découvrir les comédies musicales. « La La Land » a été pour mois un film « doudou », réconfortant, qui met du baume au cœur, et qui t’invite à croire en tes rêves ! Contrairement à beaucoup de comédies musicales « classiques », c’est la finalité du film. On aurait tous aimé que Sebastian finisse avec Mia, bah oui… (d’ailleurs, on nous a montrer comment ça aurait pu être !), mais non… Ils auront atteint leurs rêves mais l’un sans l’autre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *