CINEMA

Le bilan de Mai

Ca y est, j’ai fais le premier tiers ! 50 nouveaux films en 5 mois ! Statistiquement je suis en retard, mais je m’en fou… je suis contente car j’ai bousculé un peu mes habitudes de « consommation cinématographique » (c’est horrible cette expression non ?). Il faut que tu saches que chaque mois je regarde aussi des films que j’ai déjà vu. Pour te donner un exemple, j’ai regardé « Minuit à Paris« , (que je n’avais jamais vu), mais j’ai aussi vu dans cette même journée « Les sœurs fâchées » et « Charade« , films chouchous depuis quelques temps.
A mon sens, le cinéma est un voyage, une découverte, il me sert aussi à retrouver des sensations agréables que j’ai pu avoir en regardant certain film. Un peu comme des plats ou des desserts… Tu as déjà mangé un fraisier et tu as adoré. C’est pas pour autant que tu n’en remangera pas sous prétexte que tu n’as jamais goûté à la Forêt noire (gâteau que beaucoup te pousse à goûter tellement ils ont adoré !). Pour le cinéma c’est pareil. Bref… Passons tout de suite au Bilan de Mai ! Je suis assez contente de ce que j’ai vu ce mois ci ! J’ai fais de belles découvertes, j’ai enfin vu des incontournables, et assouvi ma curiosité.

Je te conseille vraiment de voir ce film : il est gentil, charmant, et encore une fois je suis tombée de ma chaise (mon canapé en fait) quand je me suis rendue compte que c’était sur de nombreux aspects la version 40’s de « Vous avez un message« .

Réconfortant ! Catherine Frot est l’amie, la tante, la cousine que l’on rêve d’avoir. On veut tous avoir une Catherine Frot dans sa vie. Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, mais je ne m’attache pas tellement aux histoires. L’essentiel du film c’est Catherine et les belles images de cuisine…

J’ai adoré « Les 3 frères », et malgré les très mauvaises critiques sujet de « Les 3 frères, le retour » j’étais curieuse de le découvrir. La recette du premier opus a été parfaitement recopiée, mêmes ingrédients scrupuleusement utilisés : Didier, en couple par intérêt, faux prof de philo ; Bernard, toujours dans les plans foireux, mais loser au grand coeur, et Pascal, en apparence BCBG, finalement gigolo. Il y a, encore une fois, la découverte d’un enfant caché, l’utilisation de substances illicites, des déguisements, et une émission de télé grotesque. On ne passe pas un mauvais moment, je pense simplement que toujours dans l’ère du « Revival », ils ont voulu faire un film « madeleine de Proust à la sauce Inconnus », j’aurai nettement préféré quelque chose de complètement nouveau. Dommage…
Je pense que nous pouvons appliquer la même « analyse » pour « l’Idéal » avec tout de même une nuance. Après « 99 francs » (film vraiment sympa !), on continu de suivre Octave dans sa vie de publicitaire, mais cette fois en Russie. Il y a pas mal de bons moments, mais j’ai été hyper déçue du dénouement. On est dans une ambiance « cool-trash » la quasi totalité du film, emmené par le très bon Gaspard Proust, et on finit par une conclusion presque pleine de bons sentiments ! Je dis NON !

Dans « Le coût de la vie« , Lucchini et Lindon nous offre une comédie à la française comme je les aime…

« Entretien avec un vampire »  est tout simplement sublime. L’histoire, l’esthétique, les acteurs… tout est fabuleux, une quasi perfection !

Concernant « Mulholland Drive », je t’invite à lire l’article que nous avons fait. Nous t’y expliquons comment nous avons ressenti, avec Monsieur, ce premier visionnage.

Le cas Mulholland drive

Je fini enfin ce mois de mai avec la découverte de nouveaux films de Woody Allen : « Blue Jasmine« , et « Minuit à Paris« . Sous fond de comédie, on aborde les questionnements que nous avons sûrement eu au court de nos vie (ou que nous aurons peut-être un jour) : la condition sociale, l’argent est il une fin en soit, apporte t’il vraiment le bonheur ? Sommes nous toujours en quête d’autre chose que ce que nous avons déjà ?

Je me suis sentie plus proche de la thématique de « Minuit à Paris« , mais j’ai vraiment adoré Cate Blanchett dans « Blue Jasmine« . Ce que je retiens, c’est que j’ai envie de creuser un peu l’œuvre de Woody Allen… A suivre !

J’ai été très touché par ce personnage, qui contrainte et forcé de reconstruire sa vie…s’engage vers une reconquête sociale et finalement une quête de soi-même. Imbus de sa personne, égocentrique et désagréable, Jasmine a tout pour être détestée. Elle trouve le soutien de sa sœur qui malgré elle, lui montrera le chemin simple du bonheur, qui n’est pas forcément celui qu’imagine Jasmine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *